Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 16:16

Le complexe volcanique du Cayambe est situé dans la partie Nord de la cordillère orientale des Andes équatoriennes, à une soixantaine de kilomètres au Nord-Est de Quito. Il possède la particularité d'être traversé par la ligne de l'équateur.

 

Le site de l'Institut de Géophysique de l'Equateur fournit un rapide historique du volcan. Il présente une base sensiblement rectangulaire de 24 km d'Est en Ouest, sur 18 km du Nord au Sud dont l'altitude est comprise entre 2 800 et 3 000 m sur la partie occidentale et 3 400 à 3 800 m sur la partie orientale.

 

La partie supérieure du complexe, allongée en direction E-W, est constituée de deux sommets distants de 1,5 km, le sommet principal (5 790 m, troisième sommet de l'équateur) à l'Ouest et le sommet secondaire (5 467 m) à l'Est. Le volcan est couvert par une importante calotte glaciaire, d'environ 22 km² de surperficie, qui atteint une épaisseur de 30 à 50 m au sommet. De grandes langues de glace descendent jusqu'à 4 400 m sur le versant oriental, alors qu'elles arrivent à une altitude de 4 600 - 4 800 m sur le flanc occidental, plus sec.

 

Le complexe volcanique du Cayambe est formé par trois édifices successifs :

1- Le vieux Cayambe est un volcan lavique, assez érodé, situé dans la partie occidentale du complexe. Il s'est édifié durant le Pléistocene (0.5-0.25 Ma)
 2- L'actuel édifice est un stratovolcan construit sur les restes orientaux du volcan de base durant le Pléistocène supérieur et l'Holocène. Il est constitué par trois édifices successifs : le cône de l'Angureal, l'édifice qui forme le sommet principal et celui qui forme le sommet secondaire. Ce dernier cône est exempt de trace d'érosion glaciaire, ce qui suggère un âge Holocène (post-glaciaire).
 3- A l'extrémité orientale du complexe se trouve un petit édifice un satellite, le "Cône de la Vierge," également d'âge Holocène, qui est caractérisé par d'importants de épanchements de lave en direction de l'Est.

Les travaux conduits par Pablo Samaniego depuis 1996, ont montré que le Cayambe était caractérisé par une intense activité sismique, similaire à celle d'un volcan actif.

 

Cayambe.jpg

 

Le Cayambe vu depuis le Nord-Ouest. La voie normale suit sensiblement l'arête de droite (arête Ouest).


La première ascension du Cayambe a été réalisée 4 avril 1880 par Edward Whymper et son guide italien de Valtournenche Jean-Antoine Carrel (réconciliés après l'affaire du Cervin, 1965), accompagné de son cousin Louis Carrel. 

 

Son ascension ne fait pas partie des projets proposés par la plupart des agences, pourtant, sur les conseils de Patrick Wagnon (Sommets incas, Ed. Glénat) nous en avions fait un de nos principaux objectifs. Notre équipe Juliette, Fanchon, Guillaume, Pascal et moi-même était encadrée par deux guides équatoriens, Raphaël et Diego.

 

L'ascension se déroule sur deux jours. Le premier consiste à accéder au refuge (4 600 m) par une piste difficilement carrossable sur ses derniers kilomètres. D'assez importantes quantités de neige fraiche n'ont pas permis au Nissan d'atteindre le refuge et par deux fois il a fallu le dégager de situations assez critiques...

 

  Nissan-1.jpgNissan-2.jpg

 

 

 

 

 

Le moral de l'équipe au refuge est au beau fixe : pour la première fois depuis notre arrivée en équateur nous avons pu voir le Cayambe, le vent est faible, pas de mal de crâne, bon appétit et le refuge est confortable... Les guides préparent le repas... Oui vous avez bien lu, il est de tradition en équateur que les guides fassent le repas (les refuges sont gardés mais sans possibilité de 1/2 pension) et ne vous avisez pas de vouloir les aider... vous êtes immédiatement éjectés de la cuisine.... Couché 19h00, levé prévu à 00h00. A partir de là, nuit blanche. Le vent s'est levé, très fort, et le claquement des rafales contre le refuge fait monter une inquiétude récurrente : pourrons nous monter? Mais surtout, surtout, le refuge a été envahi par un groupe de militaires équatoriens, gougnafiers bruyants (termes coutoits). S'il n'y avait eu risque de conflit diplomatique majeur avec l'Equateur j'aurais bien exterminé cet escadron de pantins à coups de piolet...

 

Au départ (01h00) le vent semble acceptable, le ciel est dégagé, le froid vif, mais sans excès, a permis un excellent regel. L'enneigement relativement important nous oblige à chausser les crampons dès le refuge. Le début de la progression, ludique, se fait sur la pente mixte qui surplombe le refuge jusqu'à atteindre la large arête Ouest. Après quelques centaines de mètres sur cette arête on atteint le glacier. Une pente assez régulière, facile et monotone permet de le remonter jusque vers 5 600 m environ. Aucune trace devant nous et seule une cordée avec un grimpeur de Courmayeur et son guide équatorien nous suit.

Au début la progression était plutôt agréable sur une neige bien durcie, mais entre 5 100 et 5 600 m nous avons rencontré une neige croûtée qui scellait une couche de gobelets où la marche était très pénible. Au dessus de 5 600 m l'itinéraire devient plus technique. Il s'agit de trouver sa route à travers un glacier relativement crevassé et pour finir la pente se redresse nettement, 40° puis une court passage à près de 60°. Avec un vent de face violent qui gênait considérablement la progression et le froid, la sortie sur l'arête a été relativement dantesque et les derniers mètres interminables. Sommet à 7h00.

Dans l'ensemble le groupe a été assez éprouvé, spécialement Guillaume qui a fait preuve d'un courage hors du commun. Il est arrivé épuisé au sommet, après avoir connu nausées et vomissements dès 5 000 m...

 

Cayambe-ascent3.jpg

  Le glacier du Cayambe, pente médiane (vue prise à la descente)

 

Cayambe-ascent1.jpg

La pente, sous l'arête terminale. Au passage de la dernière crevasse elle se redresse autour de 60°

 

 

 

 

 

 

 

Cumbre-cayambe3.jpg

 

 

 

 

 

 

  Cumbre! 100 km/h de vent? Se tenir debout est pratiquement impossible...

    Cayambe-down.jpg

Début de la descente, assurance sur estaca (pieu à neige)


 


Partager cet article

Repost 0
Published by Humeurs-verticales.over-blog.com - dans Ecuador 2010
commenter cet article

commentaires

Humeurs Verticales

  • : Le blog de humeurs-verticales.over-blog.com
  • Le blog de humeurs-verticales.over-blog.com
  • : Les humeurs, coups de cœur, coups de gueule, coups de blues, d'un grimpeur, cycliste profondément ancré en Auvergne, mais l'âme vagabonde... Ça va jazzer!
  • Contact

Les sons d'Humeurs Verticales

Recherche

La vie des voies du massif du Sancy

Chambon :

Ouverture de Ma Bohême 7a+ (juin 2016 - G.M.)

Ouverture du secteur Déva : Jai 5 c, Guru 5c, Deva 6a, Om 6b (avril 2016 - G.M.)

Erratum page 62/63 du topo "Escalades dans le Massif du Sancy". La Pierre de William, ceux qui ont essayé se sont rendu compte qu'il fallait lire 6c au lieu de 6a.

Capucin :

Face est, ouverture du Père éternel (le Graal), 8 a/b ? à confirmer (août 2017- Olivier Monneron, Zsolt Ostian et G.M.)

El Cap, Fingers in the Nose, The naze, rééquipement complet sur scellements (août 2017 - G.M.)

La poussière la sueur et la poudre : nettoyage et rééquipement partiel (mai 2015, juillet 2015 - M.C. - G.M.)

L'heure au moine : nettoyage et rééquipement partiel (juin 2015 - G.M.)

El Cap (L1) : nettoyage (juin 2015 - GM)

El Cap (L2) : Rééquipement de la sortie historique de la voie, plus directe, plus logique et légèrement plus facile que la sortie de droite rééquipée par François Lesca en 2004 (juillet 2015 - G.M.)

Gag Man : Réequipement partiel (juillet 2015 - G.M.). Nombreux sont ceux qui se sont fait de belles ou moin belles frayeurs sur la voie la plus facile de l'Aiguillette. Un 5b, bien tassé et reconnaissons le, engagé. Pour fêter le 14 juillet Gérard, l'a partiellement rééquipée (un point déplacé et un point en plus).

Essai de traitement thermique des mousses et lichens sur les départs de Caprice des Vieux, C'est quand qu'on va où ?, Merci Hans (juin 2015 - GM)

Dent de la Rancune :

Face nord, Rêve de Singe : rééquipement complet sur scellements (Octobre 2016, mai et juin 2017, G.M., M.C.)

Face nord, Manpower : l'ami Jean-Pierre Mariotti a rééquipé sur scellements la deuxième longueur (juillet 2015). Avis aux amateurs (7c !).

Roche Tuilière :

Réquipement en cours (CDFFME63). Au 16/07/15 : après une purge conséquente (euphémisme) des secteurs Initiation et Diagonale, rééquipemment partiel des voies Gros codile, Lézard triste, Wally Gator, Normale, T. Rex, Ludothèque, Décrisptation et Diagodalle, avec le plus souvent un point supplémentaire au départ.

Rééquipement de la Droite de gauche à l'identique (ce qui est bien) avec un point supplémentaire au départ.

 

Articles Récents

  • Quoi de neuf au Capuçin ?
    Bon je vous l'accorde le jeu de mot du titre est un tantinet facile, mais bon... Pour terminer l'été en beauté l'insatiable Gégé a entièrement rééquipé en scellements : El Cap Fingers in the Nose The naze Last but not least, avec le fils prodige et Zsolt...
  • Dent de la Rancune, Rêve de Singe... Last
    Samedi 17/06/2017, avec Gérard nous remontons pour la quatrième fois le chemin en direction de la face nord de la Dent avec pour objectif d'en finir avec le rééquipement de Rêve de Singe. Au fil des visites la voie nous apparait vraiment comme l'une des...
  • Dent de la Rancune, retour à Rêve de Singe
    Dimanche 21 mai 2017 de retour à Rêve de Singe avec Gérard, pour avancer dans le chantier de rééquipement commencé à l'automne dernier. De nouveau le portage fastidieux des dizaines de kilos de matériel jusqu'au sommet. Au final après une journée harassante...
  • Dent de la Rancune, Rêve de Singe
    Rêve de Singe en face nord de la Dent de la Rancune a été ouverte en 1984 par Denis Collangettes et Michel Monneron. Je revois encore la lumière dans le regard de Denis quand il m'avait parlé de cette ouverture. Je me souviens de sa fierté et de son enthousiasme....

Catégories