Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 06:45

 Coto_01.jpg

  Cotopaxi, le cou de la lune

 

Le Cotopaxi est un grand stratovolcan situé dans la Cordillère orientale des Andes équatoriennes, à 60 km au Sud de Quito. Il atteint 5 897 m d'altitude et son diamètre à la base est de16 x 19 km. A partir de 5 000 m, il est recouvert par des glaciers dont le volume est estimé à environ 0.5 km3.

 

Le long de son histoire il a produit deux types de laves : des andésites donnant des éruptions légères à modérées et des rhyolites responsables de très grandes éruptions, dont les produits ont une ample distribution. Durant les 4 000 dernières années les magmas expulsés ont été de composition andésitique.
   
Le Cotopaxi est considéré comme actif. Cette activité se limite aujourd'hui à une activité sismique et une activité fumerollienne dans le cratère et sur les flancs supérieurs du volcan. Mais il présente de nombreuses éruptions historiques dont les plus importantes sont celles de 1742, 1744, 1768 et 1877. Ces éruptions ont généré des retombées de cendres, ponces et  scories, des coulées de lave, des écoulements pyroclastiques et des lahars (coulées de boues). Ces derniers se sont épanchés sur des centaines de kilomètres dans les lits des rivières autour du volcan, causant d'importantes pertes en vies humaines, des dégradations et engendrant de graves crises économiques dans toute la région.

 

Notre programme était le suivant :

Jour 1 : Récupérer Raphaël sur la Panaméricaine à l'entrée du Parc du Cotopaxi et monter au refuge après un petit détour par la lagune de Lipiopungo. Pause (plutôt que nuit) au refuge.

Jour 2 : Cumbre, tout simplement...

 

Jour 1 :

Nissan3Après une matinée de récupération à l'auberge Cuello de la Luna, on file retrouver Raphaël sur la Panaméricaine qui remontait de Baños. Il est au rendez-vous, mais le Nissan, capricieux, va obstinément refuser de redémarrer... En Équateur cela n'est pas vraiment un problème, il faut moins de cinq minutes pour trouver un mécanicien qui, pour une (petite) poignée de dollars, viendra redémarrer le "bolide".

 

 

 

 

Dès l'entrée du parc du Cotopaxi, le paysage change pour devenir quasiment désertique. Un vent violent et froid balaye les flancs du volcan soulevant des nuages de cendres. Le sommet est dégagé et le paysage est magnifique : la lagune de Lipiopungo, les chevaux sauvage, les langues de glace sur le rouge des scories...

Du parking  (4 700 m), il ne faut guère plus d'une demi-heure de marche dans des scories pour atteindre le refuge (4 867 m). 

Coto 02

chevaux.jpgRapha-01.jpg

 

  Raphaël, guide et paysan sur les flancs du Tungurahua... Une force de la nature à l'humour indéfectible. Ici sous le refuge du Cotopaxi

 

Contrairement au Cayambe et hormis les guignols en kaki, le refuge est bondé. Nous retrouvons notre italien de Courmayeur (croisé au Fuya-Fuya, à l'Imbabura et au Cayambe), un groupe d'espagnols, déjà rencontré à l'auberge la llovizna à son retour de l'Iliniza Norte, un groupe d'allemands (que nous verrons plus tard au Chimborazo), quelques français, australiens... Extinction des feux à 7h00 et... miracle, j'arrive un peu à dormir malgré le vent qui fait craquer le refuge.

 

Jour 2 :

00h00 : péqueña brisa. Enfin ça c'est le diagnostic de Rapahël. La petite brise  en question est accompagnée de brouillard, grésil, parfois de chutes de neige et l'ambiance dans le refuge est morose. Hormis une cordée qui démarre immédiatement (elle fera rapidement demi-tour), tout le monde décide d'attendre et de guetter l'évolution du temps...

Est-ce l'influence d'un ami guide de Diégo, ancien révolutionnaire, qui cria "Cumbre o la muerte", à 1h30, à la faveur d'une brève éclaircie, nous décidons de quitter le refuge pour ce qui sera un beau combat où la plupart des cordées abandonneront.

Le temps est dantesque, brouillard épais, grésil et vent à la limite du supportable, heureusement la trace reste bonne et je suis en grande forme. Rapidement une couche de givre nous recouvre qui au fil des heures va augmenter jusqu'à atteindre plusieurs centimètres... Le glacier est rejoint après 1 h de marche sur des scories. Pour ce que l'on  a pu en juger, la trace évolue entre barres de séracs et crevasses, les passages les plus raides doivent être autour de 40 °.

Le groupe progresse bien. nous sommes au sommet à 6h30. Une nouvelle fois Guillaume est allé au bout de ses forces et la descente dans la tempête sera pour lui un véritable calvaire.

 

Coto-Summit.jpg

Cumbre o la muerte! Il parait qu'il y a là un des plus beau cratère du monde avec une activité fumerollienne...

Coto-descente.jpgJuliette et Guillaume au cours de la descente

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Humeurs-verticales.over-blog.com - dans Ecuador 2010
commenter cet article

commentaires

Humeurs Verticales

  • : Le blog de humeurs-verticales.over-blog.com
  • Le blog de humeurs-verticales.over-blog.com
  • : Les humeurs, coups de cœur, coups de gueule, coups de blues, d'un grimpeur, cycliste profondément ancré en Auvergne, mais l'âme vagabonde... Ça va jazzer!
  • Contact

Les sons d'Humeurs Verticales

Recherche

La vie des voies du massif du Sancy

Chambon :

Ouverture de Ma Bohême 7a+ (juin 2016 - G.M.)

Ouverture du secteur Déva : Jai 5 c, Guru 5c, Deva 6a, Om 6b (avril 2016 - G.M.)

Erratum page 62/63 du topo "Escalades dans le Massif du Sancy". La Pierre de William, ceux qui ont essayé se sont rendu compte qu'il fallait lire 6c au lieu de 6a.

Capucin :

Face est, ouverture du Père éternel (le Graal), 8 a/b ? à confirmer (août 2017- Olivier Monneron, Zsolt Ostian et G.M.)

El Cap, Fingers in the Nose, The naze, rééquipement complet sur scellements (août 2017 - G.M.)

La poussière la sueur et la poudre : nettoyage et rééquipement partiel (mai 2015, juillet 2015 - M.C. - G.M.)

L'heure au moine : nettoyage et rééquipement partiel (juin 2015 - G.M.)

El Cap (L1) : nettoyage (juin 2015 - GM)

El Cap (L2) : Rééquipement de la sortie historique de la voie, plus directe, plus logique et légèrement plus facile que la sortie de droite rééquipée par François Lesca en 2004 (juillet 2015 - G.M.)

Gag Man : Réequipement partiel (juillet 2015 - G.M.). Nombreux sont ceux qui se sont fait de belles ou moin belles frayeurs sur la voie la plus facile de l'Aiguillette. Un 5b, bien tassé et reconnaissons le, engagé. Pour fêter le 14 juillet Gérard, l'a partiellement rééquipée (un point déplacé et un point en plus).

Essai de traitement thermique des mousses et lichens sur les départs de Caprice des Vieux, C'est quand qu'on va où ?, Merci Hans (juin 2015 - GM)

Dent de la Rancune :

Face nord, Rêve de Singe : rééquipement complet sur scellements (Octobre 2016, mai et juin 2017, G.M., M.C.)

Face nord, Manpower : l'ami Jean-Pierre Mariotti a rééquipé sur scellements la deuxième longueur (juillet 2015). Avis aux amateurs (7c !).

Roche Tuilière :

Réquipement en cours (CDFFME63). Au 16/07/15 : après une purge conséquente (euphémisme) des secteurs Initiation et Diagonale, rééquipemment partiel des voies Gros codile, Lézard triste, Wally Gator, Normale, T. Rex, Ludothèque, Décrisptation et Diagodalle, avec le plus souvent un point supplémentaire au départ.

Rééquipement de la Droite de gauche à l'identique (ce qui est bien) avec un point supplémentaire au départ.

 

Articles Récents

  • Quoi de neuf au Capuçin ?
    Bon je vous l'accorde le jeu de mot du titre est un tantinet facile, mais bon... Pour terminer l'été en beauté l'insatiable Gégé a entièrement rééquipé en scellements : El Cap Fingers in the Nose The naze Last but not least, avec le fils prodige et Zsolt...
  • Dent de la Rancune, Rêve de Singe... Last
    Samedi 17/06/2017, avec Gérard nous remontons pour la quatrième fois le chemin en direction de la face nord de la Dent avec pour objectif d'en finir avec le rééquipement de Rêve de Singe. Au fil des visites la voie nous apparait vraiment comme l'une des...
  • Dent de la Rancune, retour à Rêve de Singe
    Dimanche 21 mai 2017 de retour à Rêve de Singe avec Gérard, pour avancer dans le chantier de rééquipement commencé à l'automne dernier. De nouveau le portage fastidieux des dizaines de kilos de matériel jusqu'au sommet. Au final après une journée harassante...
  • Dent de la Rancune, Rêve de Singe
    Rêve de Singe en face nord de la Dent de la Rancune a été ouverte en 1984 par Denis Collangettes et Michel Monneron. Je revois encore la lumière dans le regard de Denis quand il m'avait parlé de cette ouverture. Je me souviens de sa fierté et de son enthousiasme....

Catégories